Le pouvoir des Cinq, tome 1 : Raven's Gate de Anthony Horowitz

Publié le 5 Avril 2014

Élevé par sa tante à la mort de ses parents, Matt, véritable « graine de délinquant », est envoyé dans le Yorkshire pour y suivre un programme de redressement après avoir participé à un cambriolage. Il comprend rapidement que ses surveillants n'ont pas un comportement normal, et que le village tout entier semble frappé d'une malédiction. Matt mène l'enquête et découvre un terrible secret : les huit gardiens sont là pour protéger le monde contre le retour d'êtres maléfiques, jadis chassés par cinq enfants. Or des adeptes du diable semblent déterminés à tout faire pour permettre que les forces du mal franchissent à nouveau la Porte. Matt a toujours su qu'il était doté de pouvoirs inhabituels, mais comment lutter contre cette menace ? Car il n'y a ni preuve, ni logique, seulement la Porte. Et lui.

Le pouvoir des Cinq, tome 1 : Raven's Gate de Anthony Horowitz

J'ai décidé de relire ce livre que j'avais découvert il y a quelques années. Ce livre est écrit par l'auteur de Alex Rider, Anthony Horowitz, un auteur anglais que j'affectionne particulièrement.

Ici, point d'agent secret en herbe mais un jeune délinquant prénommé Matt, qui se retrouve séquestré dans une région d'Angleterre par une communauté qui veut se servir de lui pour réveiller les Anciens. Notre héros va découvrir qu'il fait parti d'un quintet d'adolescents qui est censé suver le monde.

Un scénario déjà vu me direz-vous? Et bien oui mais j'ai bien aimé l'histoire car Matt n'a pas encore conscience de ses pouvoirs et on le voit affronter cette communauté avec difficultés. Les gens qui l'aide ont même tendance à mourir. Donc notre héros se retrouve seul contre tous.

Les personnages sont intéressants. Matt est un délinquant un peu paumé qui fait face tant bien que mal à son destin. Le journaliste est lui un opportuniste qui va d'abord aider Matt par intérêt puis par amitié. On a aussi la société secrete, qui va essayer de protéger notre héros pour qu'il puisse accomplir son destin. Les méchants sont bien sûr méchant à souhait mais cela reste un livre jeunesse.

L'écriture est assez simple et le livre se parcourt agréablement.

En résumé, un bon premier tome dont on veut connaitre la suite, ne serait-ce que pour la rencontre entre Matt et ses futurs coéquipiers.

 

C'était une chambre à coucher, et dans un état bien pire que le rez-de-chaussée. Un typhon semblait l'avoir dévastée. Les draps étaient froissés, déchirés et jetés sur le tapis. Les rideaux arrachés de leurs tringles, un carreau de la fenêtre brisé. Une table de nuit gisait sur un côté, la lampe de chevet renversée, le réveil et des livres en vrac sur le sol. L'armoire était béante, tous les vêtements entassés pêle-mêle dans un coin. Et un pot de peinture verte avait été répandu sur tout ce fatras.
Puis Matt aperçut Tom Burgess.
Le fermier gisait sur le plancher, de l'autre côté du lit, à demi recouvert par un drap. Mort. Quelque chose (un animal ?) lui avait déchiqueté le visage et la gorge. Ses cheveux blonds étaient englués de sang. Ses yeux exorbités fixaient le vide. Sa bouche était ouverte sur un dernier cri. Ses mains raidies se tordaient dans un geste de défense désespéré ; l'une d'elles était maculée de peinture verte. Ses jambes, repliées sous lui, formaient un angle anormal.
Matt recula, saisi de nausée. Il parvint à détourner les yeux de l'horrible spectacle et aperçut, sur le mur derrière la porte, quatre mots peints en lettres vertes. Avant de mourir, le fermier avait réussi à gribouiller avec ses doigts enduits de peinture :

LA PORTE DES TÉNÈBRES

Matt lut l'inscription tout en battant en retraite. Il ferma la porte derrière lui et dévala l'escalier. Il se rappelait avoir remarqué un téléphone dans la cuisine. Il décrocha l'appareil et composa le numéro de la police. La ligne était coupée.
Il lâcha le récepteur et sortit de la maison en titubant. À peine arrivé dans la cour, il vomit. Jamais il n'avait vu de cadavre. Encore moins celui d'un homme torturé. Et il espéra ne plus jamais en voir d'autre. Matt tremblait de tous ses membres. Dès qu'il se fut un peu ressaisi, il se mit à courir. Il avait oublié la bicyclette. Il voulait juste fuir cet endroit.
Il revint sur la route principale et continua de courir en direction de Greater Malling. Au bout d'un kilomètre, il s'écroula sur un talus d'herbe et demeura ainsi, prostré, le souffle rauque. Il n'avait plus la force d'avancer. À quoi bon ? Il n'avait ni parents, ni amis. Il allait mourir à Lesser Malling et personne ne s'en soucierait.

Logo Livraddict

Rédigé par Benjamin Comet

Publié dans #fantastique, #jeunesse

Repost 0
Commenter cet article