L'Héritage des Templiers de Steve Berry

Publié le 6 Août 2014

1118, Jérusalem, Terre sainte. Neuf chevaliers créent un ordre militaire, les « Pauvres Chevaliers du Christ ». Le roi Baudoin II de Jérusalem leur cède pour résidence une partie de son palais, bâti sur les ruines du Temple de Salomon. Ils deviennent les « Chevaliers du Temple », puis les « Templiers ».
1307 : Jacques de Molay, le grand maître de l’ordre des Templiers, est arrêté sur ordre de Philippe le Bel et livré à l’Inquisition. Il garde le silence sur le déjà célèbre trésor des Templiers.
2006 : Cotton Malone, ex-agent du département de la Justice américaine, et son amie Stéphanie Nelle entrent en possession de documents troublants relatifs à la nature du trésor des Templiers. Commence alors une quête à la fois historique, érudite et périlleuse, qui les mènera à Rennes-le-Château, cœur du mystère.

L'Héritage des Templiers de Steve Berry

Premier volet de la série des aventures de Cotton Malone. Cet ex-agent du gouvernement américain et grand érudit va nous faire vivre une aventure sur les traces du trésor des Templiers.

Stéphane Nelle, ancienne patronne de Cotton Malone, va demander de l'aide à celui-ci pour continuer la quête de son mari décédé. Leur enquête va les mener à Rennes-le-Château sur les traces des Templiers et sur les fondements de la religion chrétienne.

J'ai beaucoup aimé ce livre car c'est exactement ce que je recherche dans un thriller ésotérique. Du mystère, de l'action, des révélations historiques et des énigmes. Tout y est. Même si au niveau historique tout n'est pas véridique, une bonne partie des faits que relate Steve Berry sont vrais comme il l'explique à la fin de son livre.

Les personnages ne sont pas tous intéressants comme Stéphanie Nelle que je trouve inintéressante ou de Rochefort qui est un méchant assez caricatural mais sinon mes préférés sont bien sûr Cotton, Cassiopée et un autre que je ne révèlerais pas car sinon je spoile le livre.

L'écriture est sympathique et agréable malgré quelques longueurs mais l'intrigue et l'envie de savoir si ils vont trouver le trésor et ce qu'ils vont en faire donnent envie de continuer.

Un bon livre que je recommande pour ceux qui aiment l'histoire des Templiers et qui aiment les bons thrillers ésotériques.

Il ne fait aucun doute que Saunière aimait sa maîtresse. La jeune fille s’était présentée chez lui à l’arrivée de sa famille à Rennes-le-Château. Son père et son frère étaient des artisans de talent et sa mère, la bonne du curé d’un village voisin. C’était en 1892, un an après la fameuse découverte de Saunière. Lorsque la famille de la jeune fille quitta Rennes-le-Château pour travailler à l’usine toute proche, elle resta auprès du curé et ne le quitta pas jusqu’à sa mort, vingt ans plus tard. Au bout de quelque temps, il lui légua tous les biens dont il avait fait l’acquisition, geste qui prouve la confiance absolue qu’il avait en elle. Elle lui était entièrement dévouée et lui survécut trente-six années sans révéler ses secrets. J’envie Saunière. Cet homme a connu l’amour inconditionnel d’une femme et, en retour, lui a témoigné une confiance et un respect absolus. C’était un individu difficile à vivre, qui désirait passer à la postérité. Il semble que nous lui devions le décor criard de l’église Sainte-Marie-Madeleine. Rien n’indique que sa maîtresse ait ne serait-ce qu’une fois exprimé son désaccord concernant ses activités. Tout porte à croire que c’était une femme dévouée qui soutenait son bienfaiteur dans tout ce qu’il faisait. Ils étaient sans doute en désaccord parfois, mais, au bout du compte, elle demeura auprès de lui jusqu’à son dernier souffle, et même par-delà la mort, pendant près de quarante ans. C’est beau, le dévouement. Un homme peut accomplir de grandes choses quand celle qu’il aime le soutient. Et ce, en dépit de ses réserves. L’absurdité des créations de l’abbé a dû bien souvent laisser sa maîtresse perplexe. Le style de la villa Béthanie et de la tour Magdala était ridicule à l’époque. Pourtant, elle n’essaya jamais d’étouffer son enthousiasme. Elle l’aimait suffisamment pour le laisser être lui-même, et les milliers de touristes qui se pressent à Rennes-le-Château chaque année peuvent y contempler le fruit de cet amour. L’église est l’œuvre de Saunière ; celle de sa maîtresse, c’est de lui avoir permis d’exister.

Logo Livraddict

Rédigé par Benjamin Comet

Publié dans #thriller-policier

Repost 0
Commenter cet article