L'oiseleur de Max Bentow

Publié le 12 Janvier 2015

Seul point commun de ses victimes : une abondante chevelure blonde qui semble rappeler les plumes d’oiseaux dont il couvre leur corps…

L’inspecteur Nils Trojan traverse une phase difficile. Divorcé, père d’une fille unique, il consulte en secret une fois par semaine la psychologue Jana Michels car il souffre de crises d’angoisse. En tant qu’inspecteur de la brigade criminelle, il ne peut se permettre de montrer le moindre signe de faiblesse.
Un jour, dans un quartier populaire de Berlin, il trouve le corps d’une jeune femme, violemment assassinée. Elle a le crâne rasé, recouvert de plumes, et un oiseau mort a été placé à l’intérieur de la plaie mortelle. Avant que Trojan n’ait le temps de comprendre ce qui s’est passé, l’Oiseleur frappe à nouveau, laissant la même signature macabre. L’inspecteur comprend très vite que l’Oiseleur est attiré par les femmes jeunes, blondes, à l’épaisse et ondoyante chevelure… Exactement le portrait de Jana. Dès lors, un duel à mort s’engage entre Nils Trojan et le dangereux psychopathe.

L'oiseleur de Max Bentow

Enfin à jour dans mon partenariat avec les éditions Denoël en finissant L'Oiseleur de Max Bentow, traduit de l'allemand par Céline Hostiou ( Editions DENOËL, 2014 ). Un roman policier que j'ai beaucoup aimé. Pourquoi? et bien ça vient tout de suite.

Nils Trojan, lieutenant de la police berlinoise, doit faire face à une vague de meurtres touchant de jeunes femmes bondes à moitié scalpées et ayant un oiseau déplumé sortant de leur ventre.  

Ce que j'ai aimé dans ce roman, c'est la personnalité des personnages. Nous avons Trojan, qui est un flic soumit à des angoisses, qui vient de vivre un divorce. Un homme déchiré en somme. Il suit une thérapie avec la jolie Jana Michels, psychologue et autre personnage important dans le livre. Ce personnage est assez distant de par son métier mais cache une certaine sensibilité. Le tueur aussi est intéressant mais on apprend tout à la fin donc pas de révélations.

Le livre est très bien écrit et se lit très vite. J'ai été happé littéralement dans cet enquête pleine de suspense et de rebondissements et dont la course contre la montre ne fait que s'accélérer de plus en plus au fil du livre.

Une très bonne découverte qu'est ce livre, encore grâce aux éditions Denoël, que je remercie infiniment pour leurs séléctions. Un très bon roman policier surfant sur la vague du thriller par certains aspects et que je conseille vivement aux amoureux de ce genre de livres.

Moll, demeuré longuement immobile, se pencha pour dire: " Il y a eu autrefois quelqu'un. Elle s'appelait Magda. Elle illuminait ma vie. Et puis elle est morte."
Une autre victime de meurtre, se dit Trojan.
Devinant ses pensées, Moll les démentit.
"Non, lieutenant, je ne lui ai rien fait. Ni à Magda ni à la petite que vous cherchez. Croyez-moi."
Il ajouta, le regard baissé: " Lene m'a rendu un peu de cette lumière."
Il s'empara du verre qu'il fit osciller.
"Non, je ne lui ai rien fait. Sachez que je suis un homme paisible, lieutenant."
Trojan le toisa, perplexe. Mais où veut-il en venir ? s'interrogea-t-il. Le timbre de sa voix, soudain voilée, sonnait différemment d'avant.
Et tandis que Trojan réfléchissait à sa réplique, le point de non-retour fut atteint.
Moll esquissa de nouveau ce rictus étrange et porta lentement le verre à ses lèvres.
Puis il le mordit.
Une fois, deux fois.
Le verre vola en éclats.
Le visage de Moll se mua en une grimace. Le sang coulait de sa bouche.
Trojan bondit.
Moll s'enfonçait le verre dans la bouche, le mastiquait, l'avalait.
Trojan, d'abord pétrifié, se jeta sur lui en criant : " Crache-le, crache-le ! "
Mais de la gorge de Moll ne provenait qu'un râle.
La porte métallique s'ouvrit brusquement, et surgit Stefanie Dachs, talonnée par Landsberg et Gerber.
Moll tomba de sa chaise.
Trojan essaya de lui arracher le verre.
" Appelez une ambulance, vite ! " hurla-t-il.
Dachs, Landsberg et Gerber fixaient Moll.
" Dépêchez-vous ", bredouilla Trojan.
Les yeux révulsés, Moll mâchait sans répit.
Le verre crissait sous ses dents.

Logo Livraddict

Rédigé par Benjamin Comet

Publié dans #thriller-policier

Repost 0
Commenter cet article