Le revers de la médaille de Olga Lossky

Publié le 21 Février 2016

Fin des années trente. Pál est un jeune artiste hongrois, étudiant à la faculté des beaux-arts de Budapest. En quête de modèle pour un projet de médaille, il fait la connaissance d’une jeune pianiste, Erzsebet. Fasciné par sa beauté, il réalise son portrait. Avec cette esquisse, Pál espère remporter le prestigieux concours organisé par la Monnaie de Budapest. Mais les événements décident autrement de son destin et le prix obtenu n’est pas celui qu’il attendait… Les années ont passé. Installé à Londres, l’artiste – assisté de sa femme, la fidèle Nicky – est devenu l’un des médaillistes les plus renommés de son temps. Musiciens et hommes politiques le sollicitent pour immortaliser leurs traits. Après bien des personnalités illustres, c’est au tour du pape de lui commander une médaille à son effigie. Pál hésite, de peur de croiser dans les rues romaines le jeune homme qu’il a jadis été. Ainsi qu’il le craignait, cette rencontre avec le pape va l’entraîner dans un inéluctable processus de dévoilement. On retrouve dans Le Revers de la médaille la belle et captivante écriture d’Olga Lossky, qui nous plonge dans le destin d’un homme d’exception, marqué par son époque et prisonnier d’une histoire qui le hante.

Le revers de la médaille de Olga Lossky

Le revers de la médaille de Olga Lossky aux Éditions Denoël, 2016 fut mon choix de lecture pour cette nouvelle année car j'avais envie de lire un livre où l'art était présent. Cela changeait un peu de mon style de lecture habituel. En revanche, l'autre sujet abordé dans le livre et qui est un sujet qui me passionne m'a ému.

Pàl, médailliste hongrois et juif, accepte de faire la médaille à l'éffigie du Pape. Sa rencontre avec celui-ci va bouleverser sa vie et raviver des douleurs qu'il avait essayé d'enfouir.

J'ai bien aimé le livre de Olga Lossky. Cette femme a une plume magnifique pour ce qui est de décrire l'art entourant la conception des médailles. Et une plume pleine de finesse est de justesse pour ce qui est de décrire le génocide hongrois pendant la seconde guerre mondiale.

Le livre m'a beaucoup ému de par son personnage principal. On commence l'histoire sur un jeune Pàl plein d'ambition, de projets. Mais le contexte de la seconde guerre mondiale anéantit tous ses espoirs. Plusieurs années plus tard, on le retrouve marié mais renfermé sur lui-même et sa rencontre avec le Pape va fissurer ce coeur figé à l'image du bronze qu'il taille à longueur de journée. Les évènements qui suivent laissent place à l'émotion.

À travers l'art, Olga Lossky nous plonge dans un épisode de la seconde guerre mondiale par focément très connu et nous livre une histoire pleins d'émotions par le biais de personnages qui nous ne laisse pas indifférents.

Un livre que je conseille fortement. Merci encore aux Éditions Denoël pour cette belle découverte. 

Au risque de choquer le Saint-Père, il ne pouvait prendre congé sans mentionner la contradiction flagrante que comportait à ses yeux la religion. Ce n'était pas tous les jours qu'on serrait la main d'un pape.
- Je vous écoute...
- Vous êtes-vous jamais demandé... - l'artiste avait peine à maîtriser sa voix et son cœur battait avec désordre - où était Dieu pendant que six millions de Juifs se faisaient gazer dans les camps de la mort ?

Logo Livraddict

Rédigé par Bennybooks

Publié dans #contemporain, #historique

Repost 0
Commenter cet article