La nuit appartient au tigre de Michel Honaker

Publié le 23 Avril 2016

Ancien des forces spéciales, Derek Ardo cherche à fuir son lourd passé. Reconverti dans l’humanitaire, il est engagé par une fondation pour prendre la tête d’une médiathèque dans un quartier neuf d’Aramsha, en Inde. Hormis Aparajita, une petite fille au caractère bien trempé, et Trishna, une jeune femme bannie par sa famille pour avoir fui un mariage forcé, les visiteurs sont rares, et sa vie s’annoncerait des plus tranquilles s’il n’y avait la présence d’un tigre mangeur d’hommes, dont les victimes se multiplient. Un climat de méfiance et de peur s’installe en ville, et Derek engage alors une guerre personnelle contre le fauve.

 La nuit appartient au tigre de Michel Honaker

C'est grâce aux Éditions Denoël que j'ai pu découvrir La Nuit appartient au Tigre de Michel Honaker, 2016. J'ai choisi ce livre dans la liste du mois dernier car j'ai aimé le résumé de ce livre d'aventure en Inde.

Derek Ardo, ancien soldat, doit s'occuper du nouveau centre culturel de Aramsha. Les débuts sont difficiles car la culture ne passionne pas les jeunes indiens. Il n'a pour compagnie que la très jeune Aparajita, passionnée de lecture, et Trishna, jeune femme au passé compliqué. Mais un autre compagnon va s'inviter: un tigre mangeur d'homme. Une bataille entre l'homme et l'animal va s'engager.

Le livre est assez court mais va droit à l'essentiel. On ne s'ennuie pas une seconde et on a envie de vite s'avoir la fin. La plume de Michel Honaker y est pour beaucoup. J'ai beaucoup aimé son style fluide et sans fioriture. A travers les mots, j'ai voyagé en Inde, j'avais l'impression de sentir la chaleur et les odeurs de ce pays.

Les personnages sont tous touchants avec leur passé difficile. On redécouvre certaines coutumes qui peuvent nous révolter sur la condition féminine dans ce pays, mais c'est encore une réalité aujourd'hui.

J'ai trouvé intéressant que l'auteur face intervenir le tigre dans son récit. Il ne fait plus de cet animal, un animal en tant que tel, mais lui donne une conscience humaine. Je me suis surpris à me demander si au final ce tigre ne serait pas le bras armé de la Nature dont l'homme n'a plus rien à faire. Derrière ce livre, je trouve qu'il y a une certaine réflexion écologique. Que ferions- nous si à force de tuer la Nature, celle-ci pouvait se rebeller contre nous ? 

J'ai vraiment adoré ce livre, qui d'ailleurs me suivait partout et dès que j'avais un petit moment j'en lisais quelques pages. Franchement, c'est un livre que je relirai avec plaisir et je vous le recommande fortement car vous passerez comme moi, je vous assure, un excellent moment.

Merci encore aux Editions Denoël pour cette découverte.

- La guerre a détruit trop de choses en toi.
Je contemple le visage de mon amie tourné vers moi, délicatement posé sur son coude replié.
- La guerre en a détruit certaines, j'admets, mais elle en a fait naître d'autres à la place. je n'ai pas perdu au change, crois-moi. J'avais toujours rêvé d'éduquer des gamins, de leur apporter des choses qu'ils n'avaient pas. Déjà dans mon quartier, à Liverpool, je jouais au foot avec des petits... Je n'ai pas attendu d'être en Inde pour assister à la misère ou à l'injustice. Quand la Fondation Rosen m'a recruté, j'ai pensé: voilà ma place. Voilà ma vocation. faire entrer le livre là où il n'est pas. Apporter un peu de lumière dans des endroits sombres et reculés, la lumière de l'intelligence, du partage, de l'ouverture au monde. Un esprit enfermé dans l’obscurité ne peut croire qu'en des légendes. Non seulement il ignore l'existence du jour, mais souvent il en refuse même l'idée. Tant de pouvoirs ont intérêt à maintenir l'esprit captif, à lui faire croire que la nuit règne partout, à empêcher la lumière de le traverser. Les pires dictateurs ont toujours commencé par brûler les livres et les dessins. C'est ce premier acte qui fonde leur règne.

Logo Livraddict

Rédigé par Bennybooks

Publié dans #contemporain

Repost 0
Commenter cet article

RevanBane45 23/04/2016 15:51

Une petite lecture qui a l'air sympathique