Jusqu'à la Fin des Temps de Céline Guillaume

Publié le 23 Mars 2017

Au milieu des bois, lors d’une nuit sans lune, elle m’apparut pour la première fois. Mythe ou réalité, annonciatrice d’infortune ou de réussite, je l’ignorais… Seule une antique pièce syrienne abandonnée sur mon siège témoignait de ma rencontre avec la Dame Blanche, messagère de l’au-delà qui allait me guider vers ma destinée tracée depuis la nuit des temps.

Huit siècles après le début de cette histoire dans l’Histoire, je tenais dans mes mains notre devenir.

 Jusqu'à la Fin des Temps de Céline Guillaume

Céline Guillaume, une petite fée que j'ai eu le plaisir de rencontrer au Salon du Livre de Paris l'année dernière. Je faisais un peu le tour des stands du côté des petites maisons d'édition et des auteurs indépendants (Et oui ! Ils sont sectaires au Salon du Livre), et je me suis arrêté au stand des Editions Underground. J'ai d'abord discuté avec Francis Jr. Brenet qui a écrit la Balafre de Dieu que je n'ai pas encore lu. Et à côté, toute souriante mais un peu timide, ou alors c'était moi, Céline avec qui j'ai un peu parlé et qui m'a fait découvrir son oeuvre. C'était une belle rencontre car Céline est très proche de ses lecteurs sur les réseaux.

Parlons justement de son livre. Jusqu'à la fin des temps. Cela m'évoque toujours l'amour quand j'entends ces mots. Il ne faut pas croire, je suis un grand romantique. Et effectivement, Céline Guillaume parle d'amour dans son livre. L'histoire d'une jeune femme, Cassandra, qui un soir rentrant de soirée va croiser sur son chemin la Dame Blanche. Cette dernière va laisser derrière elle une pièce de monnaie syrienne. A partir de ce moment, la vie de Cassandra va changer. Entre songes, souvenirs d'une vie passée, son destin est en marche.

Le prénom de Cassandra n'a surement pas été choisi par hasard par Céline. On connait tous le mythe de Cassandre, jeune femme grecque ayant des visions de l'avenir. Personne ne croit cette jeune femme et pourtant elle prédira la plus grande guerre que la Grèce Antique ait pu connaître: la Guerre de Troie.

Revenons à nos moutons. Je pense effectivement que ce prénom de Cassandra va très bien à ce personnage qui est hanté par des rêves d'une vie antérieure. J'ai beaucoup aimé ce personnage à la fois fragile, spontané mais aussi possédant une force qui lui permettra d'affronter quelques épreuves.

Les autres personnages font un peu de figuration, j'entends par la qu'il ne sont pas très développés. Chacun est là en fait pour guider Cassandra vers son destin. Ils ne sont que des "étapes" dans sa vie.

J'ai trouvé à ce roman un côté parcours initiatique où le héros accomplit des épreuves pour arriver à un but final. Ici pas d'épreuves, mais des indices qui montrent à l'héroïne le chemin à suivre.

Ce que j'ai particulièrement adoré (et encore le mot est faible), c'est l'écriture de Céline. Elle a une façon de nous décrire des environnements ou des situations qui est merveilleuse. Elle est une véritable poétesse. Quand elle décrit des endroits de la ville de Damas en Syrie, elle m'a transporté. J'avais vraiment l'impression de sentir les odeurs de la ville, la chaleur,...

C'est une véritable artiste, elle virevolte avec les mots comme elle danse. J'ai vraiment adhéré à son style. Il me tarde de découvrir d'autres de ses oeuvres.

Si vous aimez voyager et vivre une belle histoire, je vous recommande ce livre. Et oui, ce livre est un très beau voyage pour les sens.

Cet après-midi là, je passai mon temps à déambuler à travers les chemins de la campagne.
Depuis que je vivais ici, chaque fois que j'avais un problème à résoudre, je partais au milieu des terres bordées d'arbres divers. La beauté des paysages et de la nature en général m'apaisait. Je m'asseyais au pied d'un noyer, respirais le doux parfum de son feuillage et je parvenais toujours à retrouver une certaine quiétude.
Mais, ce jour-la, trop de questions se bousculaient en moi. En quelques jours, il me semblait que mon univers candide prenait une autre dimension.
Toute à mes pensées, je marchais d'un pas vif quand je me retrouvai par hasard devant la demeure d'Angèle. Une évidence m'apparut : si mes pas m'avaient menée ici, c'était certainement pour une bonne raison. Je pourrais me confier à elle, une nouvelle fois. Notre relation franche et généreuse me permettait quelques entorses aux bonnes règles. Elle devait m'écouter et me conseiller. J'en avais besoin.
Je me dirigeai donc vers la clôture grillagée. C'était la fin de l'après-midi et j'étais sûre de la trouver.
Angèle ne me déçut pas. Elle m'accueillit avec sa chaleur habituelle et son ouvrage en main, m'installa près du poêle, me fit un chocolat chaud et, tout en étendant ses jambes sur le tapis à carreaux, déclara en souriant:
- Alors, ma jolie Cassandra, que me racontes-tu de beau aujourd'hui ?
Elle laissa tomber sur ses genoux l'ouvrage au crochet qu'elle avait commencé.
- Tu sais , je fais de drôles de rêves..., avouais-je, sur un ton empreint d'étrangeté.
Un lourd silence s'ensuivit.
- Drôles en quels sens ? me demanda-t-elle.
Elle délaissa à nouveau son ouvrage, qu'elle avait repris entre temps, et paraissait tout ouïe.
- Il y a une semaine exactement, j'ai rêvé que je me réveillais. Cela arrive parfois. Dans mon songe, il faisait nuit. Une nuit sombre et opaque. J'étais au lit recouvert de boutis avec des monogrammes brodés...
Je me tus un instant pour respirer.
- Qu'est-ce que tu as vu, ensuite ?
- Rien. Mais j'ai risqué une main sur le boutis de l'édredon. C'était un damas des plus fins, pas comme le mien qui est plus rêche : je sentis immédiatement la différence. Je savais que je n'étais pas dans mon lit. Et puis j'ai du me rendormir, ou plutôt, j'ai rêvé que je me rendormais.

Rédigé par Bennybooks

Publié dans #fantastique, #comedie-romance

Repost 0
Commenter cet article