Carrie de Stephen King

Publié le 4 Avril 2013

A dix-sept ans, solitaire, timide et pas vraiment jolie, Carrie White vit un calvaire, victime du fanatisme religieux de sa mère et des moqueries incessantes de ses camarades de classe. Sans compter ce don, cet étrange pouvoir de déplacer les objets à distance, bien qu'elle le maîtrise encore avec difficulté...
Un jour, cependant, la chance paraît lui sourire. Tommy Ross, le seul garçon qui semble la comprendre et l'aimer, l'invite au bal de printemps de l'école. Une marque d'attention qu'elle n'aurait jamais espérée, et peut-être même le signe d'un renouveau ! Loin d'être la souillonne que tous fustigent, elle resplendit et se sent renaître à la vie. Mais c'est compter sans l'aigreur et la mesquinerie des autres élèves.
Cette invitation, trop belle pour être vraie, ne cache-t-elle pas un piège plus cruel encore que les autres ?

Carrie de Stephen King

Chronique du très connu Carrie. D'ailleurs, qui ne connait pas Carrie? Si on ne connait pas le livre, on connait l'adaptation cinématographique de Brian de Palma avec l'époustouflante et effrayante Sissy Spacek dans le rôle-titre. Mais je ne suis pas là pour vous parler du film mais du livre de Stephen King.

Il nous conte l'histoire de Carrie White, le souffre-douleur du lycée d'Ewen à Chamberlain dans le Maine. Le jour où le plus beau garçon du lycée lui propose de l'accompagner au bal de Printemps, elle ne se doute pas que cette soirée va devenir un véritable enfer. Carrie n'est pas une jeune fille ordinaire. Elle possède un don de télékinesie et ce don va se révéler être une malédiction.

Le livre est une compilation d'extraits de livres sur le sujet traitant de l'affaire Carrie White, d'extraits du livre de Sue Snell, et bien sûr du récit en lui-même. Le livre aborde aussi différents sujets comme la sexualité, la religion, le pouvoir.

La sexualité est décrite à travers la transformation de Carrie en jeune femme, quand elle a ses premières règles, la découverte de son corps et des premiers amours. La religion se traduit par le caractère très puritain voir fanatique de la mère de Carrie. Sa mère lui fait vivre un enfer chaque jour. Et le pouvoir se traduit par bien sur le pouvoir de télékinésie qui devient presque incontrôlable mais aussi avec le personnage de Chris Hargensen qui grâce à son père avocat ou son ascendance sur le gente masculine fait tout ce qu'elle veut.

C'est un très bon livre et mon deuxième que j'apprécie de Stephen King après la Ligne Verte. J'espère que d'autres livres de cet auteur me plairont davantage.

- Mon Dieu, c'est du sang.
L'instant d'après, comme pour confirmer cette déclaration, en appuyer l'évidence, un hurlement s'éleva.
Carrie, immobile, les yeux fermés, sentit les sombres nuées de la terreur lui envahir l'esprit. Maman avait eu raison, après tout. Ils l'avaient bernée une fois de plus, l'avaient ridiculisées, avaient fait d'elle leur souffre-douleur. Elle aurait pu trouver monotone le retour de cette abomination, mais non; ils l'avaient fait monter sur cette estrade, devant toute l'école, et ils avaient répété la scène de la salle de douche... seulement la voix avait prononcé
(mon dieu c'est du sang)
des mots trop effroyables à l'oreille. Si elle ouvrait les yeux et que c'était vrai, oh, qu'arriverait-il, qu'arriverait-il?
Un rire monta, isolé, un ricanement de hyène apeurée, et elle ouvrit effectivement les yeux et c'était vrai, cet ultime cauchemar était réel; elle était rouge de sang, ruisselante; ils l'avaient inondée, étalant devant tout le monde le honteux secret du sang,
(oh... je... j'en suis... COUVERTE)
et dans son horreur et son humiliation, ses pensées mêmes prenaient une coloration sanglante.

Logo Livraddict

Rédigé par Benjamin Comet

Publié dans #fantastique

Repost 0
Commenter cet article