Cinquante nuances de Grey, tome 1 de E. L. James

Publié le 2 Janvier 2014

Romantique, libérateur et totalement addictif, ce roman vous obsédera, vous possédera et vous marquera à jamais.

Lorsqu’Anastasia Steele, étudiante en littérature, interviewe le richissime jeune chef d’entreprise Christian Grey, elle le trouve très séduisant mais profondément intimidant. Convaincue que leur rencontre a été désastreuse, elle tente de l’oublier – jusqu’à ce qu’il débarque dans le magasin où elle travaille et l’invite à un rendez-vous en tête-à-tête.

Naïve et innocente, Ana ne se reconnait pas dans son désir pour cet homme. Quand il la prévient de garder ses distances, cela ne fait que raviver son trouble.

Mais Grey est tourmenté par des démons intérieurs, et consumé par le besoin de tout contrôler. Lorsqu’ils entament une liaison passionnée, Ana découvre ses propres désirs, ainsi que les secrets obscurs que Grey tient à dissimuler aux regards indiscrets…

Cinquante nuances de Grey, tome 1 de E. L. James

Attention Mesdames voici une chronique d'un livre érotique faite par un homme. Je me suis enfin décidé à lire ce fameux "Cinquante nuances de Grey" dont tout le monde parlait et qui a fait sensation; c'est avec joie que je vous livre mon avis.

L'histoire est celle d'une jeune étudiante, Anastasia Steele, qui fait la rencontre du richissime et énigmatique Christian Grey. Leur histoire va se transformer en torride relation sadomasochiste qui va changer leurs vies.

L'histoire n'a rien d'original mais je me suis pris au jeu. J'ai dévoré le livre. L'histoire est agréable à suivre et il y a assez de suspense pour nous empêcher de laisser tomber ce livre. L'écriture est fluide et c'est très bien écrit. Les passages crus sont assez excitants, ce qui est le but, je pense, mais je n'ai pas la même libido qu'une femme et je n'ai pas pu me mettre à la place du personnage d'Anastasia et ressentir ses émotions au niveau sexuel. 

On s'attache rapidement au deux personnages. Ana pour son inexpérience et son caractère, et Christian pour son côté énigmatique et son extrême gentillesse. Il nous font vivre cette histoire et  j'ai pu ressentir certains de leurs sentiments.

Les deux personnages nous font vivre leur histoire et on a qu'une envie, c'est de savoir comment cela va se terminer. D'ailleurs la fin nous réserve son lot d'émotions.

Au final, c'est un livre que j'ai adoré et dont il me tarde de lire la suite pour découvrir ce qu'il va arriver à nos deux amants.

La première chose que je remarque, c’est l’odeur, très agréable, mélange de cuir, de bois et de cirage légèrement citronné. L’éclairage répand une lumière subtile et tamisée, créant une ambiance de cocon dans cette vaste pièce aux murs et au plafond bordeaux, avec un parquet en bois ciré. Une grande croix en acajou vernis en forme de « X », équipée de menottes en cuir à chaque extrémité, occupe le mur face à la porte. Toutes sortes de cordes, de chaînes et de cadenas scintillants pendent d’un grillage d’environ 2,5 mètres carrés suspendu au plafond. Près de la porte, deux longs poteaux en bois ciré ornés de sculptures compliquées sont fixés au mur : un assortiment de palettes, de fouets, de cravaches et de curieux instruments à plumes y est accroché.
Près de la porte se trouve une grande commode en acajou aux tiroirs très peu profonds, comme ceux où l’on range les spécimens dans les musées d’histoire naturelle. Je me demande un instant ce qu’ils peuvent bien contenir. Mais est-ce que je tiens vraiment à le savoir ? À l’autre bout de la pièce, un banc en cuir rembourré ; fixé au mur à côté du banc, un porte-queues de billard où sont rangées des cannes de longueurs et de diamètres différents. Dans le coin opposé de la pièce, une table massive en bois ciré de deux mètres de long, avec des pieds sculptés et deux tabourets assortis.
Mais ce qui domine le décor, c’est un lit à baldaquin de style rococo de plus de deux mètres de large, qui semble dater du xixe siècle. Des chaînes et des menottes sont suspendues sous le baldaquin. Il n’y a pas de draps, rien qu’un matelas recouvert de cuir rouge et des coussins en satin également rouge.
Un grand canapé en cuir sang de bœuf est tourné vers le lit. C’est curieux, ce canapé face au lit – je souris intérieurement de trouver bizarre l’emplacement du canapé, alors que c’est le meuble le plus banal de la pièce. Je lève les yeux vers le plafond. Des mousquetons y sont disposés à intervalles irréguliers. Je me demande vaguement à quoi ils servent. Bizarrement, ce bois, ces murs sombres, cet éclairage tamisé et ce cuir sang de bœuf donnent à la pièce une allure plutôt douce et romantique… Je sais bien que c’est tout, sauf romantique ; mais, pour Christian, c’est peut-être ça, le romantisme.

Logo Livraddict

Rédigé par Benjamin Comet

Publié dans #comedie-romance

Repost 0
Commenter cet article