Le Livre sans nom de Anonyme

Publié le 29 Décembre 2013

Santa Mondega, une ville d'Amérique du Sud oubliée du reste du monde, où sommeillent de terribles secrets.
Un serial killer qui assassine ceux qui ont eu la malchance de lire un énigmatique livre sans nom. La seule victime encore vivante du tueur, qui, après cinq ans de coma, se réveille, amnésique. Deux flics très spéciaux, des barons du crime, des moines férus d'arts martiaux, une pierre précieuse à la valeur inestimable, un massacre dans un monastère isolé, quelques clins d'oeil à Seven et à The Ring, et voilà le thriller le plus rock'n'roll et le plus jubilatoire de l'année ! Diffusé anonymement sur Internet en 2007, cet ouvrage aussi original que réjouissant est vite devenu culte.
II a ensuite été publié en Angleterre puis aux Etats-Unis, où il connaît un succès fulgurant.

Le Livre sans nom de Anonyme

Enfin j'ai lu ce livre dont tout le monde parle et que beaucoup de personnes affectionne.

C'est l'histoire d'une ville, de son tueur en série, de sa populace dérangée et d'un livre mystérieux. Toute cette histoire pourrait faire penser à un film qui aurait été écrit par Tarantino et réalisé par Rodriguez, mais il n'en est rien malheureusement.

L'histoire nous plonge au coeur d'une histoire original, pleine de surprise et de rebondissements. Les personnages de cette histoire sont tous caricatiraux mais nous permettent de mieux nous plonger au coeur de l'action. En revanche, j'ai eu du mal à me rappeler les péripéties des personnages, assez nombreux, à chaque chapitre leur étant dédiés.

Les différents genres présents dans ce livre s'allient efficacemment et m'ont beaucoup surpris.

Ce livre est plein d'action, d'humour, d'hémoglobine, d'ésotérisme, de références cinématographiques et vous met une claque en pleine figure. Ce livre est unique et on comprend pourquoi il a eu un tel succès.

Me reste plus qu'à découvrir la suite et voir si les autres sont à la hauteur de ce premier tome.

 

 

– Mais vous savez sûrement que je ne suis pas précisément ici pour le Bourbon Kid ? demanda Jensen, espérant ne pas offenser Somers, qui prenait manifestement très à cœur son boulot.
– Je sais bien pourquoi vous êtes ici, répondit Somers dans un large sourire. Vous pensez qu’il se passe quelque chose de surnaturel dans le coin, et qu’une espèce de culte satanique se cache derrière ces meurtres. Je ne vais pas vous mentir, je pense que tout cela n’est qu’un monceau de conneries, mais tant que vous serez à mes côtés, et tant que votre travail pourra m’aider à prouver que c’est bien le Bourbon Kid qui commet tous ces meurtres et pas Jar Jar Binks, alors tout ira pour le mieux. »
Peut-être Somers se montrait-il un peu cynique, et aussi un peu trop axé sur sa seule et unique théorie, qui voulait que le Bourbon Kid soit derrière à peu près tout, mais il n’était pas le trou du cul fini que Jensen avait été porté à croire. Avec un brin de diplomatie et de tact, il pourrait faire de ce vieux flic désabusé un allié, extrêmement utile de surcroît. Une chose était sûre : il était très déterminé.
« Jar Jar, hein ? Vous êtes fan de ciné ?
– Vite fait.
– Je dois vous avouer que j’ai un peu de mal à voir en vous un fan de Star Wars. »
Somers fit courir ses longs doigts dans ses cheveux argentés et inspira profondément.
« Sans doute parce que je n’en suis pas un. Je préfère les films qui stimulent mon esprit autant que mes yeux et j’aime particulièrement les bons jeux d’acteur. De nos jours, la moitié des acteurs les plus connus sont choisis pour leur apparence, pas pour leur talent. C’est pour cette raison qu’ils ne valent plus rien quand ils atteignent les 35 ans.
– C’est clair… alors vous êtes fan de Pacino et De Niro ? »
Somers hocha la tête et soupira. « Non. Ce sont tous les deux des ringards sans relief qui jouent toujours le même personnage et vivent de la gloire que leur ont value des films de gangsters dans les années soixante-dix et quatre-vingts.
– Vous plaisantez, n’est-ce pas ?
– Non. Par contre, Jack Nicholson, tant que vous voulez. Voilà un type capable de jouer n’importe quel rôle dans n’importe quel film. Mais si vous voulez vraiment m’impressionner avec vos connaissances cinéphiles, Jensen, répondez un peu à ça, dit-il en soulevant un sourcil dans une expression très nicholsonesque. Réalisateurs : les frères Scott. Ridley ou Tony ?
– Pas photo. Tony, sur toute la ligne. » Jensen n’avait pas hésité une seconde. « Bien sûr, Ridley a de sérieux arguments, comme Blade Runner et Alien, mais Ennemi d’État et USS Alabama sont loin d’être négligeables. De très bons films, intelligents.
– Dont le héros est noir, pas vrai ? » Somers croyait toucher une corde sensible, mais il sous-estimait sa proie.
« C’est vrai, mais ce n’est pas pour ça que je les ai appréciés. Tony a réalisé True Romance, et c’était aussi un très bon film, dont le héros n’est pas noir.
– Un partout, soupira Somers. Mais je dois malgré tout me ranger aux côtés de Ridley, pour la simple et bonne raison que Tony a commis Les Prédateurs, ce film d’horreur complètement débile. Sans doute le pire film de vampires que j’aie jamais vu.
– Ah, bon ! ce n’est pas Génération perdue ?
– Évidemment, que c’est pas Génération perdue », répondit Somers. La discussion commençait à le lasser. « Écoutez, tâchons de trouver quelque chose qui nous mette d’accord, et après vous pourrez dire à tout le monde que l’entente parfaite règne dans notre binôme. En voici une facile : Robert Redford ou Freddie Prinze Junior ?
– Redford.
– Merci. À présent que nous nous sommes trouvé un point commun, peut-on considérer le marché conclu ?
– Quel marché ?
– C’est simple : j’accepte toutes vos théories surnaturelles et je vous aide de mon mieux, mais vous devrez faire la même chose pour moi. Vous acceptez ma théorie du Bourbon Kid, et nous nous prenons mutuellement au sérieux. Parce qu’une chose est sûre : nous sommes les seuls dans ce commissariat à en être capables.
– Marché conclu, inspecteur Somers.

Logo Livraddict

Rédigé par Benjamin Comet

Publié dans #thriller-policier

Repost 0
Commenter cet article

Frankie 04/01/2014 13:34

J'avais super aimé ce premier tome hyper déjanté ! Ça m'avait aussi fait penser à Une nuit en enfer mais aussi aux films de John Woo (quand à un moment ils se tiennent tous en joue dans le bar :)).

Zina 31/12/2013 18:40

Je suis curieuse de découvrir ce livre aussi dont j'entends tant parler !

Benjamin Comet 31/12/2013 18:45

Franchement il est très bien. Je te le conseille.

Walpurgis 29/12/2013 18:50

Tu me vois ravie que tu sois conquis par ce premier tome. La saga est excellente même si le 2e est pour moi le moins bon.
Franchement y'a de quoi faire un film délirant !!!

Walpurgis 29/12/2013 19:22

C'est vrai qu'il y a une ressemblance ! J'y ai pensé aussi ^^

Benjamin Comet 29/12/2013 19:00

C'est clair. A des moments je me croyais dans une nuit en enfer écrit et réalisé par les deux compères.