Maus, un survivant raconte, tome 1 : Mon père saigne l'histoire de Art Spiegelman

Publié le 19 Février 2013

Maus raconte la vie de Vladek Spiegelman, rescapé juif des camps nazis, et de son fils, auteur de bandes dessinées, qui cherche un terrain de réconciliation avec son père, sa terrifiante histoire et l'Histoire. Des portes d'Auschwitz aux trottoirs de New York se déroule en deux temps (les années 30 et les années 70) le récit d'une double survie : celle du père, mais aussi celle du fils, qui se débat pour survivre au survivant. Ici, les Nazis sont des chats et les Juifs des souris.

Maus, un survivant raconte, tome 1 : Mon père saigne l'histoire de Art Spiegelman

Après avoir visité le mémorial de la Shoah, je suis passé par la librairie pour faire le tour des livres et je suis tombé sur cette BD. Le fait d'aborder la vie des juifs pendant la guerre de 39-45 et de la déportation en BD mais surtout en changeant l'apparence des personnages pour les faire ressembler à des souris me semblait intéressant. Et j'avais déjà entendu parler de cette BD à la médiathèque du mémorial de Caen. Au vue du prix (30 euros), je ne l'ai pas acheté mais je suis aller l'emprunter hier à la médiathèque de mémorial de Caen. En une après-midi, j'ai dévoré le premier tome de cette BD. Maintenant place aux impressions.

L'histoire raconte la vie du père de l'artiste Art Spiegelman, Vladek Spiegelman, pendant la guerre et sa survie dans le camps de concentration de Auschwitz. Ce premier tome s'intéresse surtout à la vie de Vladek des années 30 à 1944 l'année de son entrée dans le camp. On voit la vie d'un homme modeste, qui par un heureux mariage va connaitre la fortune mais comme tout juifs va connaitre une véritable descente aux enfers. Son entrée dans l'armée polonaise, les camps de prisonniers, de travail, le vie dans les ghettos, la faim, les moment où il faut se cacher, la fuite pour au final se faire attraper et finir dans le plus horrible des camps de la mort.

On suit aussi comment Art Spiegelman a eu l'idée de faire ce livre et les entretiens qu'il a eu avec son père. On découvre une relation père-fils assez difficile dû au caractère de Vladek. Car à travers des anecdoctes comme le fait que Vladek obligeait son fils à finir son assiette et que s'il ne l'avait pas fini, il lui resservait plus tard. Ou le fait de garder pleins de babioles qui ne servent à rien. Ces anecdoctes montrent que Vladek n'est jamais revenu de cette guerre, une part de lui vit toujours comme à cette époque où la privation, les échanges pour le marché noir, etc étaient monnaie courante.

Au niveau du dessin, c'est une BD en noir et blanc qui est présentée, sans doute pour relever la noirceur et l'intensité de cette époque. L'idée de transformer les personnages en souris pour les juifs et les nazis en chat est intéressante car c'est vraiment ce qu'était cette époque: un jeu du chat et de la souris.

Différents passages m'ont surpris ou effrayés. Le passage où les allemands prennent les enfants dans les ghettos et pour s'en débarasser les éclatent contre un mur. Moment très cru et horrible qui je ne doute est réel. Un autre mais cela tiens plus dans la manière du dessin : une route qu'emprunte Vladek et sa femme Anja représente une croix gammée, signe que la Pologne est complètement soumise à l'armée allemande.

Vous l'aurez bien compris que j'ai adoré cette première partie et que je vais vite me mettre à la deuxième partie.

Maus, un survivant raconte, tome 1 : Mon père saigne l'histoire de Art Spiegelman
Maus, un survivant raconte, tome 1 : Mon père saigne l'histoire de Art Spiegelman
Logo Livraddict

Rédigé par Mason Ben Fischer

Publié dans #bd-manga, #historique

Repost 0
Commenter cet article

Walpurgis 19/02/2013 11:25

Il est dans mon Big challenge et je dois lire l'intégrale. Déjà que ça m'intéressait mais avec ton avis je ne vais pas tarder à l'emprunter !!!