Sérum, saison 1, tome 2 de Henri Loevenbruck & Fabrice Mazza

Publié le 27 Juillet 2013

1773 : Mesmer invente l'hypnose 1886 : Freud invente la psychanalyse 2012 : Draken invente le sérum Une injection. Sept minutes pour accéder au subconscient profond d'Emily Scott. Un carnet pour décrypter ses visions fantasmagoriques. Quelques jours pour empêcher le pire. Mais quand les morts suspectent se multiplient, le NYPD se pose une question : Arthur Draken est-il un psychiatre de génie ou un dangereux criminel ?

Sérum, saison 1, tome 2 de Henri Loevenbruck & Fabrice Mazza

Lecture commune que je devais faire pour le 20 Juillet mais je ne m'en rappeler plus. Quelle honte !!! Surtout pour une série telle que celle-ci.

Cette série de livre est construite comme une véritable série télé. Le début de ce deuxième épisode commence par un "Previously" comme disent les américains, en nous faisant un résumé des moments importants du premier épisode. J'ai beaucoup aimé cette partie qui permet de se resituer dans l'histoire, surtout quand ça fait un petit moment qu'on a lu le livre précédent.

Pour l'histoire, on suit toujours l'enquête du détective Gallagher sur l'amnésique Emily Scott. Pas de grande avancée dans ce livre, seulement le fait que le Dr Draken aide Emily à travers ses séances à retrouver sa mémoire mais elle voit surtout un enlèvement.

Cet épisode se concentre surtout sur les personnages en les développant un peu plus. Et on s'attache vite aux personnages et pour le moment c'est celui de Draken qui est mon préféré. J'aime beaucoup son cynisme.

Encore un bon épisode, j'espère que ça va continuer comme ça.

Merci pour cette lecture commune très agréable.

Moins de douze heures après la mort, la rigidité cadavérique était à son intensité maximale et tout le corps avait pris une couleur violacée, plus marquée au niveau du cou, dont l'ouverture béante était devenue noire.
L'homme se pencha légèrement, prit la pelle à l'envers, la dressa au-dessus du visage et, soudain, frappa un grand coup avec le manche. Puis un second. Puis un troisième. De plus en plus fort, avec une rage silencieuse, mécanique.
A chaque fois qu'il frappait, on entendait le bruit des os qui se brisaient, et la face de la femme s'enfonçait de plus en plus. Quand il eut terminé, elle n'avait plus un aspect humain. Ce n'était plus qu'une bouillie de chair, de cervelle et de cartilage.
Quand il estima que cela suffisait, l'homme au chapeau reprit la pelle par le manche et commença à recouvrir le corps de terre.

Logo Livraddict

Rédigé par Benjamin Comet

Publié dans #thriller-policier

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Blue 29/07/2013 20:36

J'aime beaucoup les personnages ambigu et comme toi, Draken et mon personnage préféré pour le moment!