Une histoire de la Deuxième Guerre Mondiale: tome 1, 1940, de l'abîme à l'espérance de Max Gallo

Publié le 20 Novembre 2012

Janvier 1940 : c'est la « drôle de guerre » entre la France et l'Allemagne, une attente interminable conçue par Hitler comme un piège dans lequel les armées alliées s'enlisent. En mai, c'est la « guerre éclair », l'assaut, et la France s'écroule comme un château de cartes. C'est l'abîme, l'étrange défaite. Et tous sont coupables. Ces généraux français enfermés dans leur passé. Ces hommes politiques profitant de la défaite pour régler leurs vieux comptes. Hitler qui jubile, Rommel qui fonce avec ses panzers. Le maréchal Pétain, appelé comme un sauveur, qui sollicite l'armistice. Et pourtant l'espérance se lève, au creux même du désastre. Le général de Gaulle clame le 18 juin : « La flamme de la résistance française ne doit pas s'éteindre ». Elle ne s'éteindra pas...

Une histoire de la Deuxième Guerre Mondiale: tome 1, 1940, de l'abîme à l'espérance de Max Gallo

Aimant beaucoup l'Histoire de France même si je m'y connais mal, ma période préférée est la Deuxième guerre mondiale. Je pense que cette passion est née par l'intermédiaire de mes grand-parents ayant vécu à cette époque et qui ont tous eu une expérience différente dans cette guerre.

Ici, nous avons le premier tome d'une série dédiée à cette guerre. Max Gallo, historien et membre de l'Académie française, nous fait vivre cette guerre jours après jours et les tomes sont dédiés à une année.

Ce qui agréable dans ce document, c'est que c'est un peu romancé. Max Gallo nous livre pas que des faits, il fait en sorte de nous impliquer dans ce quotidien sombre et de parfois ressentir ce que les protagonistes pouvaient ressentir.

Dans cette première année 1940, on suit les divers événements qui ont fait rentrer cette guerre dans une guerre mondiale, totale: la Blitzkrieg, Mers-el-Kébir, la bataille d'Angleterre, la collaboration Pétain/Hitler, le début du conflit Allemagne/URSS, etc.

Ce que je retiens de ce livre, c'est que ce n'est pas un document indigeste de faits où le ne retiendra rien. Ici, on est directement transporté dans cette écriture fluide, agréable et qui nous fait vivre le quotidien de ces millions de personnes qui ont vécu cette époque et qui nous émeut toujours autant.

Ainsi entre Pétain et de Gaulle, en cette fin juin 1940, dans ces six jours cruciaux du jeudi 20 au mardi 25 juin, la guerre des voix est engagée.
Il y a eu le lundi 17 juin le discours du Maréchal de quatre-vingt-quatre ans, à la voix chevrotante.
Il y a eu l'appel du 18 juin du général qui n'aura cinquante ans qu'en novembre.
Qui l'emporte?
L'un dit: je suis à vos côtés. Je fais don de ma personne et de ma compassion.
L'autre répond: la flamme de la résistance française ne doit pas s'éteindre et ne s'éteindra pas. La France a perdu une bataille mais n'a pas perdu la guerre.
L'un berce, console et réprimande, invite à la prière, au repentir.
L'autre réveille, serre les poings, entraîne, appelle à ramasser le tronçon du glaive.
Qui incarne la France? Qui doit-on écouter?

Logo Livraddict

Rédigé par Mason Ben Fischer

Publié dans #historique

Repost 0
Commenter cet article