Le Soir, Lilith de Philippe Pratx

Publié le 25 Janvier 2015

23 novembre 1924, Lilith Hevesi, star du cinéma muet, est retrouvée morte dans le château où elle s'est retirée dans la campagne hongroise.

Quarante ans plus tard, le narrateur tente de dépoussiérer son passé, ses recherches sont perturbées par une femme qui éveille rapidement ses soupçons... Lilith est un fantôme qui arpente les différentes strates du temps dans des mondes aux frontières incertaines dont on ne cesse de gratter la pellicule inflammable.

Le Soir, Lilith de Philippe Pratx

Comment ai-je découvert ce livre? Pour la petite histoire, Philippe Pratx m'a contacté via mon blog en remarquant que je lisais Comtesse Bàthory de Patrick McSpare (que je n'ai pas achevé) et comme certains passages de son livre font référence à la Comtesse, il m'a demandé si je voulais ire son livre et j'ai dit "pourquoi pas". J'ai achévé ma lecture avant-hier et je dois avouer qu'elle n'a pas été facile.

L'histoire suit deux protagonistes, une jeune journaliste et un ami de l'actrice Eve Whiteland (Lilith) qui s'absorbe dans la vie de cette jeune actrice mystérieuse dont le décès date des années 20. A travers des brouillons de biographie et des films de cette actrice, ils vont découvrir une vérité cachée.

J'ai commencé à lire ce livre sans savoir de quoi cela parlait. J'avais en connaissance juste le décor qui me plaisait bien. Les années 20, les fameuses années folles, le cinéma, ma passion, du coup je me suis mis à le lire. Et j'ai vite été dérouté.

D'abord par le style d'écriture que j'ai trouvé très bon car très poétique, très imagé, ce qui est rare dans un livre non poétique. Le style convenait à l'ambiance fantasmagorique que l'auteur a développé autour du personnage de Lilith. Un personnage enigmatique, étrange, sensuel, qu'on n'arrive pas vraiment à définir tellement il est complexe. C'est ce qui m'a fait tenir jusqu'au bout du livre car je voulais connaitre le mystère entrourant ce personnage.

L'ambiance des années 20, pour le peu qu'on en aperçoit se révèle très bon et l'ambiance des films est retranscrite de manière magnifique. A chaque fois, on pourrait se croire dans le film.

En dépit de ces qualités d'écritures, je n'ai pas accroché à l'histoire est très disparatre dans sa chronologie même si elle suit un 'fil rouge'. Mais malheureusement, si on ne lit pas le livre d'une traite on se retrouve un peu perdu et rien ne nous permet de nous resituer dans le temps pour comprendre le personnage. 

C'est quand même un livre à découvrir pour sa complexité et son écriture. Les "easy-reader", ce n'est pas pour vous. La preuve je pense ne pas avoir tout compris.

Merci en tout cas à Philippe Pratx pour cette découverte.

 

Les ressemblances dans une œuvre ou même dans une vie ne sont que des affaires esthétiques, un moyen, un peu de frais, de donner au désordre une cohésion poétique en le surfilant d'un motif, un motif apparent, bien visible, trop visible. On croit que ce fil nous conduira au sens profond des choses, alors qu'il les empêche seulement de s'effilocher davantage, c'est-à-dire d'être vraiment elles-mêmes, de suivre leur pente naturelle qui est de se défaire toujours. Il faudrait au contraire chercher le sens dans l'incohérence, la dissemblance. Ou plutôt ne rien chercher, jamais. On ne cherche que ce qui ressemble à ce que l'on croit chercher.

Logo Livraddict

Rédigé par Bennybooks

Publié dans #fantastique

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article